La seconde bague d’adaptation est arrivée, un petit essai rapide en cette fin d’après-midi nuageuse.

_dsf0190

Finie l’inertie procurée à l’époque héroïque de l’argentique par mon bon vieux Nikon F2AS à ressorts et à engrenages de 800 grammes avec lequel faire des images de la Nioulargue au 400mm à main levée ne posait aucun problème,

nikon-f2aMême sur un solide trépied Gitzo Carbone n°3, le petit Fuji qui pèse comme une noisette ne suffit pas à bloquer la vibration du gros objectif en porte à faux.

J’ai donc viré la grosse rotule, remplacée par une base de mise à niveau FLM large et surbaissée,

flm-lb60Fuji avec retardateur 10 sec, déclencheur souple et obturateur électronique, pas simple.

Du premier coup d’œil l’écart entre les deux objectifs semble assez significatif, j’attends encore une séance de prise de vues par ciel bleu pour conforter mon opinion.

Les tests vont montrer deux photos, prises par l’objectif 1 et l’objectif 2, avec des agrandissements partiels, micro-contraste, vignetage et autres piqués vont essayer de se battre.

La forte différence de prix neuf entre ces deux objectifs est elle justifiée à l’aune de l’intransigeance du capteur X-Trans ?

On reste encore loin du standard Fuji, mais ça devient intéressant.

Rien ne va plus, faites vos jeux.

objectif 1
objectif 1

 

objectif 2
objectif 2

 

objectif 1
objectif 1

 

objectif 2
objectif 2

 

objectif 1
objectif 1

 

objectif 2
objectif 2

(première conclusion, le voisin a un sérieux besoin de refaire ses volets, seconde conclusion, il y a comme un écart de qualité).

objectif 1
objectif 1

 

objectif 2
objectif 2

 

objectif 1
objectif 1

 

objectif 2
objectif 2

 

Bigre, et moi qui pensait que le vignetage (bords plus sombres) visible sur le 24×36 allait disparaitre sur le 18×24, on est encore loin du compte.

 

A suivre…

Publicités