C’est une grande fête que la Pâque orthodoxe, et le sacrifice de l’animal se perpétue au fil des siècles, sauf que maintenant on les mange.

Lundi matin on trouvera tous les 50 mètres d’impressionnants tas de peaux de moutons et de chèvres sacrifiés pour l’occasion, plus quelques pattes de ci de là sur les trottoirs.

Bon, en attendant il s’agit soit de vendre, soit de ne pas se faire refiler une carne, mais dans tous les cas de surveiller ces petits quadrupèdes primesautiers et pas forcément coopératifs (tu m’étonnes !).

_DSF0319b

 

_DSF0311b

 

_DSF0244

_DSF0302

 

_DSF0299

à suivre…

 

 

Publicités