On a fait la longue route, et je dois même dire c’est l’un des buts de ce voyage, pour être à Lalibela pour la Fasika (j’y reviendrais) ou Pâques orthodoxe.

Comme dans toute fête qui se respecte, ça signifie bombance, victuailles, et donc marché richement approvisionné.

Et, jour de chance, le marché se tient le lendemain de notre arrivée.

Donc cet endroit normalement relativement austère :

_DSF0328-(2)

 

devient méconnaissable, incroyablement riche, animé et populeux rien que pour nous (hem…)

_DSF0344

Des animaux, grands et petits, des graines, de quoi faire de l’injira, de la bière, des légumes, des épices, etc…

Les paysans sont venus de très loin, ont marché sur des distances considérables avec 2 chèvres, 5 poules ou 20 moutons pour venir les vendre et racheter ce qui leur manque. Un grand moment d’échanges et de contacts.

Bon, il n’y a plus qu’à, allons y !

(me trouverez vous en immersion sur l’image ?)

_DSF6457

Les gens sont concentrés sur leur business, les allées sont parfois inexistantes et il n’est pas toujours facile de ne pas marcher sur une aile de poule cassée qui traine par terre, la fatigue gagne au fil de la matinée, mais on est en Éthiopie chez des gens tranquilles et civilisés, tout se passe pour le mieux.

De toutes façons à 13h tout le monde remballe.

Civilisés on vous dit, prenez en de la graine si vous pensez qu’ouvrir les magasins le dimanche créera des nouveaux clients.

A suivre.

Publicités