L’immense majorité des habitants d’Addis-Ababa vivent dans les bidonvilles qui entourent la capitale du miracle économique.

_DSF0023-(2)

Le bois de chauffage et cuisson vient des forêts d’eucalyptus toutes proches (enfin, relativement quand même), d’Entoto.

_DSF0048-(2)

Un travail digne de Sisyphe occupe des litanies de femmes pliées en deux sous des charges insensées pour descendre ce fameux bois.

Cerise sur le gâteau, il faut s’écarter quand on croise l’un des nombreux véhicules qui parcourent la route.

_DSF0044-(2)

De trop rares murets permettent de reprendre son souffle et de se déplier le dos pour quelques minutes. Vivement qu’on invente la roue et le moteur.

Vous aurez apprécié la qualité et l’ergonomie du portage et des chaussures.

_DSF0042-(2)

 

Je vous invite fortement à lire ce texte court et intéressant, Delphine Ayerbe, « La place de l’eucalyptus à Addis Abeba », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement qui apporte une vision de chercheur sur le développement de cette ville.

extrait :

ces ressources boisées omniprésentes dans l’espace urbain renseignent sur des usages perçus comme encore trop ruraux de la population additienne. La ville moderne ne doit plus être celle des maisons de terre et bois, ne doit plus être celle où « brûlent les foyers dont l’odeur âcre d’eucalyptus stagne pendant les matins « bleus » d’Addis-Abäba » (Gascon, 1989). Ces pratiques ne sont pas appelées à perdurer dans l’Addis Abeba marquée par ces immeubles de verre qui émergent. D’autant qu’ils reposent sur des activités que les autorités voudraient voir décliner. Le bois de chauffe par exemple est essentiellement collecté par des femmes qui chaque jour le transportent des hauteurs de la capitale vers les marchés centraux. Ces processions de femmes, chargées de fagots de plusieurs dizaines de kilos sur le dos, ne rappellent que trop violemment la réalité de la pauvreté du pays. Ces images passéistes que véhiculent ces plantations ne sont plus au goût des décideurs urbains qui, s’ils valorisent l’image du vert, ont un positionnement ambigu face à l’expansion des plantations d’eucalyptus.

Publicités