Louis Vuitton, l’âme du voyage, ou plutôt ici comment confondre « avoir » et « être ».

Visiblement sur cette plage que l’on devine paradisiaque autant qu’exotique, cette demoiselle ayant loupé la limousine qui devait la ramener à son palace sécurisé en enclave surveillée, balise sacrément avec son ridicule sac de luxe probablement rempli de babioles toutes aussi inutiles qu’excessivement coûteuses représentant quelques dizaines d’années de revenu d’une famille locale.

C’est le problème avec les plus pauvres que soi, on les imagine volontiers malhonnêtes et cupides, alors que l’à-priori n’est qu’une projection freudienne de l’inconscient (ou alors il ne fallait pas venir).

Bref, voilà ce qu’il ne faut pas prendre pour voyager serein, ou alors il ne faut pas s’éloigner de Monaco (même pas Antibes, voir en dessous !) : Louis Vuitton, l'âme du voyageMise à jour du 01/09/15, la petite n’a pas tort de s’accrocher à son Vuitton, vu sur Nice-Matin :

Vendredi dernier, peu avant 21 heures, un couple de touristes se rend à son bateau amarré sur un quai du Port-Vauban d’Antibes…

Les deux amoureux originaires des Bouches-du-Rhône voient leur soirée tourner court.

D’un coup d’un seul, le sac à main de la sexagénaire se fait arracher.

La propriétaire voit son modèle Louis Vuitton, en crocodile corail d’une valeur de 25.000 euros, partir à l’arrière d’une grosse cylindrée avec deux individus à bord.

Publicités