Le Panthéon hindou est décidément l’objet de toutes les attentions et comme dans la plupart des religions, on ne les déclare satisfaits qu’au prix de quelques processions rituelles. Seulement, en cette ville sainte de Puri, on ne saurait bâcler une petite procession, et la construction de chars gigantesques et difficilement manœuvrables est un pré-requis indispensable. Il est vrai que le temple principal comptant 6000 moines et servants à l’année, il faut du grandiose.

Nous sommes en Inde, c’est donc relativement simple. Au milieu de l’avenue principale de la ville, déchargez quelques grumes, délimitez un espace couvert de bâches, et lâchez y quelques équipes de charpentiers. Pas besoin de courant électrique, eau, toilettes, salle de repos, etc… tous ces petits accessoires finalement superflus dans un atelier. Heureusement il y a le vaporisateur qui rafraichit un peu les visages sous cette chaleur étouffante précédent la mousson.

Les troncs équarris vont passer par plusieurs stades de transformation avant, pour le plus spectaculaire, être transformées en roues patiemment assemblées au bélier sous l’œil du maitre charpentier qui s’assure que les doubles assemblages faits à la scie, s’accordent parfaitement.

Inde-2012-Puri__MG_0526

Inde-2012-Puri__MG_0497

Inde-2012-Puri__MG_0511

Inde-2012-Puri__MG_0403

Inde-2012-Puri__MG_0458

Inde-2012-Puri__MG_0459

Inde-2012-Puri__MG_0468

Inde-2012-Puri__MG_0433

Inde-2012-Puri__MG_0426

Inde-2012-Puri__MG_0470

Inde-2012-Puri__MG_0425

Inde-2012-Puri__MG_0431

Inde-2012-Puri__MG_0422

Puri – 2012

Publicités