L’un des maitres mots de la culture andalouse est le chemin, la route, « el camino ». Il vous suffit d’écouter de la Sevillana, du chant flamenco ou cante rondo pour vous rendre compte à quel point ce mot revient régulièrement.

Le pélerinage d’El Rocio permet de se remettre en train après l’hiver, de fourbir les équipages et d’enfiler les bottes. Du départ de chaque grande ville andalouse à l’arrivée, le chemin qui peut durer 5 jours est un prétexte à haltes festives et réparatrices entrecoupant une marche parfois difficile sous le soleil ou dans le sable des dunes.

Riches, pauvres, en groupe paroissial ou amical, seul, à pied, à cheval, en voiture, en carriole tirée par des bœufs, tous les moyens sont bons.

Incontestablement un moment fort aux allures d’épopée mais aussi parfois un casse tête logistique pour le photographe solitaire.

rocio-077

rocio-074

rocio-050

rocio-027

rocio-068

rocio-071

rocio-059

rocio-056

rocio-060

rocio-029

rocio-054

rocio-063

rocio-064

rocio-065

rocio-067

rocio-052

rocio-058

rocio-057

rocio-062

rocio-061

rocio-039

Publicités